Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Les vaches à lait.
Sam 8 Déc - 14:24 par Invité

» Magicienne
Mar 20 Nov - 12:45 par Invité

» Un dernier café au Roméo bar
Lun 5 Nov - 18:12 par Invité

» INEXORABLEMENT
Lun 5 Nov - 16:53 par LINK

» Contradictions
Sam 22 Sep - 13:52 par Invité

» Elle te ressemble tellement..
Dim 16 Sep - 15:02 par Invité

» L'arbre...
Lun 10 Sep - 10:08 par Invité

» Défilé
Sam 25 Aoû - 13:00 par Invité

» Comme le vent
Sam 25 Aoû - 11:42 par Invité

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Connexion

Récupérer mon mot de passe


La Vérité dans la poésie

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

La Vérité dans la poésie

Message  rebelle le Ven 30 Avr - 16:16

morjane25/02/2009, 14h51
La poésie Kabyle interroge l’être et le monde

Comme dans les sciences empiriques où le doute méthodique sert à annihiler les préjugés inhibiteurs et les idées préconçues, le questionnement sur la vérité tel que pris en charge par la chanson kabyle prend l’aspect de la remise en cause des certitudes établies, de lézardes dans les murs du dogme et d’appel à la démystification et la dénonciation d’une situation oppressante. Instrument littéraire par excellence, la chanson kabyle à texte a servi et sert toujours de réceptacle aux inquiétudes et aux revendications de la société. Aussi, le thème de la Vérité se trouve-t-il récurrent tel un leitmotiv dans un grand nombre de textes anciens ou récents.

Le chanteur à thèmes sociaux et politiques, Slimane Azem, se pose allégoriquement la question de savoir pourquoi cette vérité trompeuse de la figue sèche qui présente des dehors alléchants alors qu’elle est rongée par les vermines en son sein. Un autre poète humoriste et satirique, Slimane Chabi, pose le problème de la vérité en termes de choix a posteriori :

« La vérité et le mensonge sont des jumeaux

Ne souscris à l’un ou à l’autre

Qu’après les avoir éprouvés »


L’angoisse du doute et la recherche de la vérité

Réellement, le choix de la vérité est un chemin plein d’embûches et il n’y a pas de voie royale pour y parvenir si ce n’est l’effort à la mesure du défi.


Matoub Lounes disait dans Atarwa Lhif (1985)

«C’est la vérité blanche comme suaire

Qui a fait que

Dans tous ces pièges je me perds»

Alors, la tâche devient presque chimérique, et il est même probable que si la vérité nous “cherchait”, elle ne nous trouverait pas selon Lounis Ait Menguellat :

«Où est le chemin

Que nous cherchons en vain ?

Où est la vérité

Qui nous cherche sans nous

trouver ?»
(Amacahu-1982)

Ferhat Imazighen Imoula chante, dans un poème de
Mohand U Yahya, ces vers :

«Ce que j’ai écris a une

seule face

C’est la Vérité blanche

comme linceul

Mais la vérité n’a pas

de place

Elle est crainte de tout

le monde»

Des certitudes pas très sûres

D’après Montaigne, «il n’y a rien qui demeure
ni qui soit toujours Un». La vérité protéiforme,
insaisissable, fuyante comme le mercure a été
approchée par la chanson kabyle dans ses textes
les plus élaborés comme ceux de Lounis Ait Menguellet :

«Apprends-moi, ô toi ma vie ce que sont

La vérité et le mensonge

J’aime le mensonge dès qu’il me satisfait

Ô ma vie tu m’abreuvais de mensonges

Que tu as érigés en maîtres de la parole

Tu me montrais la Vérité écervelée

Entre nous tu bâtis un mur

Je t’ai demandé la vérité

Tu me dis : viens la voir

Et quand j’y étais ce fut comme

Si je marchais sur une hache »


La Vérité fatale, irréfragable, est cependant
toujours là, à nous suivre, à nous harceler. :

« Par-dessus ma tête, ô toi ma vie !

Tu me suis telle une ombre.

Comme l’épée de Damoclès

Quand le fil se rompt

Tu m’envoies ad patres »

Lorsque l’homme n’est pas maître de son destin,
il s’avoue difficilement cette vérité. Or, “il
est établi que la vérité de l’homme est d’abord
ce qu’il cache” (A. Malraux in Antimémoires 1967).

Ruses et traquenards

“On sème nos manigances d’un peu de vérité” disait
Montaigne, et l’on reçoit comme réplique et
explicitation la strophe d’Aït Menguellet qui dit :

«Nous savons manier

la vérité

Et la semer de traquenards

Lorsque notre frère nous sollicite»
(in Aït Menguellet - 1984)

Aït Menguellet ne s’est pas contenté de faire ce
triste constat de travail de sale besogne de
manipulation de la vérité, mais il est allé plus
loin en situant ce penchant dans un contexte de
vice rédhibitoire similaire au péché originel qui
a frappé l’humanité à ses débuts.

Lors d’un “forum” qu’il a convoqué pour nous dans
son poème Ass Unejmâa (1981), Lounis établit une
relation dialectique entre vérité et mensonge,
joie et tristesse, propreté et saleté.

Comme le jour et la nuit, la dualité vérité/mensonge
colle à notre destin comme la chaleur au feu.
Lors de la présentation des attributs convoqués pour
ce forum,

« Arrive la vérité talonnée par le mensonge.

Nous mangeons au même râtelier, lui dit-elle,

Qui de nous pourrait lâcher son compagnon ?

J’existe par sa grâce

Elle existe par ma grâce

A chaque fois qu’elle faillit

Moi, je viens prendre sa place »

Cette scène théâtralisée dans une chanson nous montre une partie du génie et du talent extraordinaires de L. Aït Menguellet.

Dans le même album, un poème rend compte du cycle infernal : mensonge, arbitraire, vaillance, vérité, ordonnés dans un arbre généalogique(lignée) :

“Le mensonge engendre

l’injustice

L’injustice est mère de la peur

La peur engendre la vaillance

La vaillance se distingue

en grandeur.

La vaillance engendre la vérité

La vérité sur ses confins

Accouche du mensonge

Le mensonge engendre l’injustice

Ainsi tourne le monde !»

La parole muselée et les libertés confisquées des années
de braise n’ont eu d’exception que les allégories et les
paraboles que nos poètes ont puisées dans le génie
populaire et dans leurs talents propres pour briser le
mur de l’arbitraire et de la tyrannie. S’adressant aux
potentats pendant les années 70, Ferhat avertissait : “A
quoi sert de fuir la vérité ?Si tu es sauf aujourd’hui,
demain elle te rattrapera”. Dans le même esprit,
Aït Menguellet, disait dans Amacahu (82) :

“O toi qui a peur de la vérité !

Elle repousse à chaque taille’’

Ben Mohamed supplie la vérité de garder la tête haute.
«Vérité, redresse-toi, Ne fléchis pas ; Quiconque de
nous tombe, l’autre montera la garde», écrit-il.

Parmi les conseils que le sage donne à son fils pour
en faire un Prince (Ammi, 83), Lounis met en relief
la manipulation de la vérité :

“Sache comment parler

Choisis le mensonge efficace

Si tu sais manier le mensonge

Ceux à qui tu t’adresses

Laisseront la vérité pour

te croire’’

Seule la vérité…

Bien que la raison humaine prenne plus facilement le
moule de nos opinions que celui de la vérité, il reste
toujours vrai, comme l’écrit Pascal, que tous les
efforts de la violence ne peuvent affaiblir la vérité
et ne servent qu’à la relever davantage.

‘’Voilà qu’il me dissimule la vérité, alors que ses
yeux la disent toute grande’’ :C’est en ces termes que
la mère d’un jeune homme mort sur les chantiers de
l’émigration réplique à un de ces anciens compagnons
de retour au pays et qui lui a caché la vérité par des
circonlocutions sages mais inutiles. Cela se passe dans
la chanson Silxedma n Luzin s Axxam (Lounis, 78).
Un deuxième ami de son fils finit par dire la vérité à
la vieille femme, Vérité qui ne saurait être tronquée.

Dans son album Asefru (86), Aït Menguellet fait parler
un personnage qui s’adresse à son frère de qui le séparent
le parcours et l’intérêt immédiat :


‘’Si je me suis trompé de chemin

Je ne suis après tout qu’un

être humain

Peut-être ai-je mal soupesé

(…) Je viens te demander où est la vérité, dis-moi !’’

Slimane Azem, Ferhat, Matoub, Aït Menguellet et beaucoup
d’autres parmi les chanteurs de la nouvelle génération
ont tous quêté, interrogé, célébré la vérité dans leurs
poèmes, chacun selon sa sensibilité et son style propres.
“Celui qui quête la vérité y parviendra” nous dit Ferhat
dans 20 ans di lâamris (82).

Vérité tue, non dite, escamotée, scotomisée, dévoyée,
mystifiée, manipulée, édulcorée, autant de dénaturations
de la réalité dictées par la cupidité, l’appât du gain et
le sadisme mégalomane. “L’espoir, quand il n’est pas un
mirage, prend racine de vérité”. C’est Lounis Aït
Menguellet qui conclut ainsi dans le magazine de
l’émigration L’Appel (juillet 83).

Amar Naït Messaoud, La Dépêche de kabylie

rebelle
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum