Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Il est tout seul
La douleur EmptyJeu 13 Juin - 13:50 par Invité

» Till The Sky Falls Down
La douleur EmptyMar 11 Juin - 13:06 par LINK

» si ......
La douleur EmptyVen 10 Mai - 16:42 par Invité

» Copié Collé
La douleur EmptyMer 10 Avr - 20:09 par Invité

» Extase musicale
La douleur EmptyMer 27 Mar - 15:18 par Invité

» Eternelle Etincelle
La douleur EmptyVen 22 Mar - 14:39 par forever

» LE RAP ET LA POESIE
La douleur EmptyMer 20 Mar - 11:55 par LINK

» MOMOCHE
La douleur EmptyVen 8 Mar - 12:45 par Invité

» UN
La douleur EmptyVen 1 Mar - 18:47 par Invité

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Connexion

Récupérer mon mot de passe


La douleur

Aller en bas

La douleur Empty La douleur

Message  Nociceptik le Lun 9 Jan - 14:49

"Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille"


La douleur.. la douleur c’est terrible quand ca vous terrasse. Ca vous tire les larmes, des râles, des cris et des plaintes..ca vous tort dans tous les sens.. Parfois ca provoque même un rire nerveux.. Le même genre de rire paradoxale que certains fous rires qui vous prennent dans des situations qui sont pourtant dramatiques.. Quelque chose d’incontrôlable.. C’est l’instinct de survie.. C’est l’esprit qui refuse la douleur.. C’est le déni de cette même douleur, qu’elle soit physique ou morale.

La douleur c’est pourtant la vie.. Tant qu’il y a de la douleur, il y a de la vie.. On vient au monde dans la douleur.. La douleur de la mère qui accouche, la douleur de l’enfant qui doit prendre cette première inspiration vitale.. Dans un cri.. Donner la vie.. Naitre.. Ne se font pas sans douleur. Avoir mal, c’est être en vie, c’est être encore en vie.

Plutôt qu’une ennemie, il vaut mieux l’envisager comme une amie qui vous rappelle à l’ordre. Une amie, mais qu’on oublie volontiers quand tout va pour le mieux..  Une amie qu’on ne souhaite pas vraiment côtoyer mais qui nous rend pourtant de grands services.. Celle qui vous averti du danger.. La messagère du SOS quelque chose ne va pas.. Et aussi celle qui vous fait prendre conscience du bonheur d’être en vie quand tout va bien. Relativiser sur toutes ces choses insignifiantes dont on aime se plaindre comme si ca avait une quelconque importance, plutôt que de profiter pleinement de ces instants magiques du bonheur d’être en vie quand tout va bien. La douleur c’est une souffrance, c’est une épreuve.. Mais elle peut nous apprendre sur nous même et nous faire évoluer.. Lorsque vient le soulagement, le bien être qui succède s’en trouve décuplé. Quand tout va bien, on se rend à peine compte que tout va bien. C’est quand ca va mal qu’on s’en rend compte et qu’on est prêt à tout pour retrouver cet état de plénitude auquel on ne prêtait pratiquement pas attention avant..

Bien sûr, personne n’a envie de souffrir.. À part peut être quelques individus qu’on pourrait qualifier de masochistes.. Mais la plupart des gens n’aiment pas être en souffrance.. Quand la douleur devient insupportable personne n’a envie de la subir. Il devient essentiel de la faire disparaitre par tous les moyens possibles. On veut s’en débarrasser de manière bien légitime.. Mais il peut arriver qu’on tire un enseignement de tout ca..

Pour l’avoir expérimentée, et même jusqu’à l’hyperesthésie, cela m’a permis de prendre pleinement conscience que la plénitude nous est offerte et qu’il ne tient qu’à nous d’y accéder en accueillant chaque instant de bien être comme un instant heureux et donc de bonheur absolu.

Rends-moi sage, ô ma Douleur, je serai plus tranquille..

Nociceptik
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La douleur Empty Re: La douleur

Message  ceptik le Mar 10 Jan - 0:00

La douleur qui prévient, ensuite l’intense douleur, les traitements, la douleur à long terme qui ne vous lâche pas, est indescriptible, inexplicable à ceux qui ne l’ont pas connue.
Les moyens actuels permettent en principe de soulager … selon les cas.  
Le plan anti douleur a été mis en place il y a quelques années et pratiqué difficilement.
Pensons à tous les enfants, les ados, tous ceux qui n’ont pu en bénéficier pleinement
La douleur, c’est une souffrance intolérable, pas vraiment une épreuve. Cela voudrait dire qu’il faut souffrir ? punition ? pour prouver quoi ?
Elle fait effectivement partie de la vie, elle laisse toujours des traces mais pas certain qu’on en tire un enseignement au fil du temps.
C’est ‘humain’.

ceptik
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La douleur Empty Re: La douleur

Message  Nociceptik le Mar 10 Jan - 12:24

Il n'est pas question de faire l'apologie de la douleur mon cher Ceptik  

L'idée n'est ni de vouloir souffrir, ni d’être puni et encore moins de prouver quoi que ce soit..  mais quand elle S'IMPOSE à vous, la douleur vous pousse dans vos retranchements.. pour ma part, dans mon refuge mental j'ai eu cette "révélation" : tant qu'il y a de la douleur, il y a de la vie.. J'ai simplement voulu partager ce ressenti.

Ensuite, si on veut vraiment entrer dans le débat de la souffrance qu'on s'inflige volontairement, il me semble que ce qui est également typiquement HUMAIN c'est l'art et la manière de s'imposer des souffrances à lui même et à autrui..

Il y a le contre exemple des maitres yogi, qui parviennent à "contrôler" certains stimuli et atténuer ou accentuer des sensations. Il ne s'agit pas de chercher à se faire mal, mais inversement de parvenir à un niveau de compréhension et de contrôle de soi...

Ce que je tentais de souligner, c'est plus exactement qu'il faut savoir reconnaitre chaque instant de plénitude en tant que tel.. la fameuse quête du bonheur.. le bonheur est fait des choses les plus simples, et passe toujours par la conscience de lui-même..
Se dire, quand tout ne va pas si mal, et qu'on est en relative bonne santé, que : " je vais bien, et j'ai la chance d’être en vie ", et par conséquent de savoir mieux apprécier tous les petits bonheurs qui s'offrent à nous, et qui, cumulés entres eux, rendent notre existence beaucoup plus douce et d'autant plus précieuse.

Nociceptik
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La douleur Empty Re: La douleur

Message  ceptik le Mar 10 Jan - 17:10

Pas d’apologie, j’ai bien saisi le sens du message et pour cause !
Juste quelques annotations sur les termes employés comme épreuve, enseignement, plénitude, chance..
Les réactions face à la maladie et à l’après, sont très diverses.
Sans souci de santé, il faut effectivement apprécier ce que l’existence veut bien nous donner.


ceptik
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La douleur Empty Re: La douleur

Message  Nociceptik le Mar 17 Jan - 17:22

XIII. Hermès Trimégiste à Tat : Le Noùs universel ou l'Esprit
sanctifiant
1. Hermès : Le Noùs, ô Tat, procède de l'Être même de Dieu, pour autant que l'on
puisse parler de l'Être de Dieu ; quoi qu'il en soit, Seul le Noùs se connaît lui-même
intégralement.
2. C'est pourquoi le Noùs n'est pas distinct de l'Être de Dieu ; il émane de cette Source,
comme la lumière émane du Soleil.
3. Le Noùs des hommes est bon : c'est pourquoi certains hommes sont des dieux ; leur
état humain est très proche de l'état divin. Le Bon Démon a donc nommé les dieux,
hommes immortels, et les hommes, dieux mortels. Chez les êtres dépourvus de
raison, le Noùs est la nature. Là où il y a une âme, il y a un Noùs, de même que
partout où il y a la vie, il a une âme. Mais l'âme des êtres dépourvus de raison n'est
que vie sans Noùs. Or le Noùs est le Bienfaiteur des âmes humaines, Il les travaille et
les forme en vue du Bien.
4. Chez les êtres dépourvus de raison, le Noùs agit en accord avec le caractère
naturel ; dans les âmes des hommes, cependant, Il agit en opposition.
5. Souffrance et désir tourmentent l'âme dès son entrée dans le corps ; en effet
souffrance et désir se répandent dans le corps densifié comme un feu, où sombre
l'âme, submergée.
6. Si le Noùs peut prendre la direction de l'âme, il projette sa lumière sur elle et
s'oppose ainsi à ses penchants naturels. De même qu'un bon médecin cautérise ou
retranche du corps ce qui est malade, ainsi le Noùs fait souffrir l'âme, en extirpant la
convoitise, cause de son état morbide.
7. La grande maladie de l'âme provient de ce qu'elle renie Dieu, de là son penser erroné
qui fait naître le mal sans rien susciter de bon. C'est pourquoi, en combattant la
maladie, le Noùs redonne le Bien à l'âme comme le médecin rend la santé au corps.
8. Les âmes humaines que ne guide pas le Noùs sont dans la même situation que les
animaux dépourvus de raison. En effet, le Noùs agit en accord avec elles et laisse
libre cours à leurs désirs, dont la violence les entraîne et les maintient dénuées de
raison. Ainsi, comme les êtres dépourvus de raison, ne cessent-elles de
s'abandonner à leurs passions et convoitises débridées, et elles ne sont jamais
rassasiées de leurs péchés ; or les effets déraisonnables des passions et des désirs
sont un mal incommensurable.
9. Dieu a placé ces âmes sous l'implacable rigueur de la Loi, afin qu'elles deviennent
conscientes de leur méchanceté.
10. Tat : Tout cela, ô Père, n'est-il pas en contradiction avec ce que tu m'as déjà dit du
Destin ? Si un homme est prédestiné à commettre adultère, sacrilège ou tout autre
crime, sera-t-il donc puni alors qu'il n'agit que sous l'impérieuse contrainte de la
Fatalité ?
11. Hermès : Tout, mon fils, est l'ouvre du Destin et rien de ce qui concerne les choses
matérielles, ni bien ni mal, n'advient en dehors de lui. C'est également par le Destin
que quiconque accomplit le beau et le bien en éprouve les conséquences ; c'est
pourquoi chacun agit et acquiert l'expérience selon la nature de ses actes.
12. Mais laissons le péché et le Destin, dont nous nous sommes déjà entretenus. Parlons
maintenant du Noùs : de ses pouvoirs, de la façon dont il opère différemment dans
les hommes et dans les êtres dépourvus de raison, chez qui ses effets bienfaisants
ne peuvent se manifester tandis qu'Il éteint les passions et les désirs des hommes.
Parmi ces derniers, il faut distinguer ceux qui possèdent le Noùs et ceux qui n'y sont
pas reliés. Tous les hommes sont soumis au destin, soumis à la naissance et au
changement, qui en sont le commencement et la fin.
13. Tous les hommes subissent donc les impératifs de leur destinée, mais ceux qui
suivent la raison et que guide le Noùs ne les subissent pas de la même façon ;
comme ils se sont détachés de ce qui est mauvais, ils ne les éprouvent pas comme
un mal.
14. Tat : Que veux-tu donc dire, Père : celui qui commet l'adultère n'est-il pas mauvais ?
Le meurtrier n'est-il pas mauvais ? Et tous les autres non plus ?
15. Hermès : Mon fils, celui qui a la raison pour guide connaîtra la souffrance liée à
l'adultère et à la mort comme l'adultère et le meurtrier bien qu'il ne commette ni
adultère ni meurtre. Il est impossible d'échapper au changement non plus qu'à la
naissance : mais qui possède le Noùs peut se libérer du mal.
16. C'est pourquoi, mon fils, j'ai écouté de tout temps la parole du bon Démon. S'il l'avait
écrite, il aurait rendu un grand service au genre humain. Car Lui seul, mon fils,
pénétrant toutes choses comme Fils unique de Dieu, a prononcé des paroles
véritablement divines. Ainsi je l'entendis une fois dire que tout le créé est un, en
particulier les êtres incarnés, dotés d'intelligence, et que nous vivons d'une force
potentielle, d'une force active, et du principe d'éternité. C'est pourquoi le Noùs est
bon, de même que l'âme qui en émane.
17. En conséquence, les choses de l'Esprit ne sont divisées, et le Noùs, qui est l'âme de
Dieu et règne sur toutes choses, peut accomplir ce qu'Il veut. Réfléchis à cela, et
rapporte ce que je viens de dire à la question que tu m'as posée auparavant sur le
Destin et le Noùs. Si tu renonces à la vaine polémique, tu comprendras, mon fils, que
le Noùs, l'Âme de Dieu, règne en vérité sur tout : sur le Destin, sur la loi, sur le reste,
et que rien ne Lui est impossible ; il peut soustraire l'âme humaine au Destin, comme
l'y soumettre si elle manque à son devoir. Telles sont les excellentes paroles qu'a
prononcées le Bon Démon.
18. Tat : Ce sont des paroles divines, vraies et lumineuses, Père. Mais veuille encore
m'éclairer sur ce qui suit : Tu as dis que le Noùs des êtres dépourvus de raison agit
selon leur nature et en accord avec leurs instincts. Je pense que l'instinct des êtres
dépourvus de raison est passion (pathos). Si le Noùs opère en accord avec les
instincts et que ce sont là des passions, le Noùs ne devient-il pas lui aussi passion,
puisqu'il est affecté par le pathos ?
19. Hermès : Très bien, mon fils, Ta question est subtile, et il est juste que j'y réponde.
Tout ce qui, dans le corps, est immatériel est soumis au pathos ( souffrance) et est,
au sens strict, lui-même passion (pathos). Tout ce qui engendre le mouvement est
immatériel. Tout ce qui est mû est corps. L'immatériel est lui-même mû par le Noùs.
et ce mouvement est passion (pathos). Les deux sont donc soumis à la souffrance
(pathos), aussi bien ce qui engendre le mouvement que ce qui est mû, le premier
parce qu'il impose le mouvement, le deuxième parce qu'il est soumis à l'impulsion du
mouvement. Lorsque le Noùs se détache du corps, il se détache aussi de la
souffrance (pathos, passion). Il vaut peut-être mieux dire, mon fils, que rien n'est sans
pathos (souffrance), que tout y est soumis. Le terme "pathos" (souffrance) ne
correspond en rien à "souffrance subie". Le premier concept est actif, le second est
passif. Les corps ont aussi une activité propre. Ou ils sont sans mouvement, ou ils
sont mus. Dans les deux cas, il y a pathos (souffrance).
20. L'immatériel, toujours poussé à l'action, est par conséquent soumis à la souffrance.
Mais ne te laisse pas tromper par ces mots : force active et pathos (souffrance) sont
une seule et même chose. Mais rien n'empêche d'employer le terme le plus exact et
le plus approprié.
21. Tat : Père, Ton explication est très claire.

Nociceptik
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La douleur Empty Re: La douleur

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum