Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Un dernier café au Roméo bar
Lun 5 Nov - 18:12 par Invité

» INEXORABLEMENT
Lun 5 Nov - 16:53 par LINK

» Contradictions
Sam 22 Sep - 13:52 par Invité

» Elle te ressemble tellement..
Dim 16 Sep - 15:02 par Invité

» L'arbre...
Lun 10 Sep - 10:08 par Invité

» Défilé
Sam 25 Aoû - 13:00 par Invité

» Comme le vent
Sam 25 Aoû - 11:42 par Invité

» A mon boulet
Mar 7 Aoû - 0:15 par Invité

» Nouvelle donne
Sam 21 Avr - 11:09 par LINK

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Connexion

Récupérer mon mot de passe


AMAZONIE

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

AMAZONIE

Message  ROOTS le Ven 17 Juin - 14:38

Amazonie

Ce matin là je me baignais en Amazonie
En compagnie de frères et sœurs vivant sans soucis
Maintenant je suis seul, tout le monde s'est enfui
Lorsque sont arrivés les promoteurs et leur folie
Ceux-là ont coupé les arbres, décimé la forêt
Creusé des fossés, comblé et puis goudronné
Et je dois dire, sans déménager je vis au centre des cités
Et je dois dire, il n'y a plus de fruits à cueillir dans la forêt
Et je suis révolté,
révolté de voir les déserts que les hommes font jour après jour
Et je suis désolé,
désolé de devoir être complice pour subsister à mon tour
Ce jour j'ai vu des hommes fuir devant d'autres hommes
J'ai vu l'écosystème détruit au nom du progrès
Ce jour j'ai vu des hommes qui chassaient d'autres hommes
J'ai vu la civilisation installer ses méfaits
A midi sans espoir je suis parti pour l'Afrique
Évitant du regard la marée noire de l'Atlantique
Un ancien m'a fait asseoir, a calmé ma panique
Puis sont arrivés les mineurs et les derricks
Ceux-là ont fouillé la Terre
aussi profond qu'ils pouvaient
Volé des richesses, les transformant en fumée
Et je dois dire, sans me fatiguer je vais au centre des cités
Et je dois dire, il n'y a plus d'arbres qui poussent dans la forêt
Et je suis révolté,
révolté de voir les déserts que les hommes font jour après jour
Et je suis désolé,
désolé de devoir être complice pour subsister à mon tour
Ce jour j'ai vu des hommes fuir devant d'autres hommes
J'ai vu des enfants exploités au nom du progrès
Ce jour j'ai vu des hommes qui battaient d'autres hommes
J'ai vu la fraternité bafouée à coups de fouet
Ce soir j'essaierai de me retrouver au Tibet
Pour prendre un bol d'air pur au milieu des sommets
J'aurais passé la journée à rechercher
Un coin isolé que nous n'aurions pas pollué
Mais il faut apprendre à vivre, sans boire ni manger
Si l'on ne veut pas mourir empoisonné
Et je dois dire, que sans me bouger je vais périr dans cette cité
Et je dois dire, maintenant il n'y a plus ni bois ni forêt
Et je suis révolté,
révolté de voir les déserts que les hommes font jour après jour
Et je suis désolé,
désolé de devoir être complice pour subsister à mon tour
Ce jour j'ai vu des hommes fuir devant d'autres hommes
J'ai vu ceux qui restaient mourir à cause du progrès
Ce jour j'ai vu des hommes qui tuaient d'autres hommes
J'ai vu Babylone ça me rend triste à pleurer


Texte de : MIX UP
Album : les enfants du Gondwana (2000)

ROOTS
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum